Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Vues de Budapest - Hongrie

Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Un roman hongrois à découvrir! "Mamou" de Angi Máté, édité par "Le Ver à Soie"

com

 

Titre : Mamou

Auteur : Angi Máté

Éditeur : Le Ver à Soie – Virginie Symaniec éditrice

Collection : 50 000 signes

Traductrice : Zsuzsa Kosza

Année : 2013

Illustrations : Danka Hojcusova et Elza Lacotte

ISBN : 979-10-92364-00-2

MAM6-d-.jpg

4ème de couverture

    Mamou n'est pas un livre pour enfants, mais un livre sur l'enfance. Une adulte prend la voix de la petite fille qu'elle a été pour nous convier dans l'univers insolite du désamour. Elevée par mamou, sa grand-mère au visage plissé, elle ouvre des yeux curieux sur un monde d'adultes hostile, étroit et dépourvu de féerie. Elle y oppose l'immensité de ses terrains de jeux enchantés, son langage imagé, ses plaisirs incongrus, sa naïveté, son regard innocent et avide de comprendre ce que nul ne prend la peine de lui expliquer .   Pour trouver sa place dans ce monde, il faut le transformer : peut-on aimer autre chose que les cimetières et les enterrements ? Des petits jardins peuvent-ils pousser sur les genoux ? L'hiver commence-t-il dans les marmites? Peut-on faire des mouillettes avec ses couettes dans son chagrin ou aller chatouiller les pieds des saints dans les églises pour voir si cela leur ferait du bien, si cela les rendrait moins tristes ? Peut-on être aussi grande que l'oubli en soi ? Tout semble possible, tant que mamou est là, tant que l'on peut continuer à être soi, tant que la mort de ceux qu'on aime ne nous oblige pas à devenir autre.

angi-mate-Photo--Zsolt-Sut-.jpg

L'auteur

 

   Angi Máté  est  née en 1971 dans la ville de Vajdahunyad en Transylvanie. D'abord institutrice dans une école maternelle de Kolozsvár, la capitale intellectuelle transylvaine, elle s'est fait connaître pour l'originalité de son style et pour son langage atypique, qui lui permettent d'étudier le monde et l'imaginaire des enfants et de les confronter à l'univers des adultes. Angi Máté écrit également de nombreux contes modernes à l'Andersen, qu'elle édite aussi bien en Hongrie qu'en Transylvanie. Son premier roman, Mamou, a reçu le prix littéraire Sándor Bródy en 2009.



Mon avis

 

 

    Le livre d’Angi Màté est vraiment original dans son approche de l’enfance. Au lieu de raconter son enfance de manière "classique", elle a  repris la voix de la petite fille qu’elle était dans la Roumanie de Ceausescu, et plus spécialement  dans la Transylvanie roumaine a forte minorité hongroise. Sa vie était bien difficile et Mamou, la grand-mère, était bien rude. Elle fut donc obligée de laisser sa fantaisie créer un monde imaginaire à opposer à la violence du quotidien.  Pour faire cela l’auteure utilise de nombreuses inventions langagières et d’ellipses sur les évènements au final assez durs de sa vie. 

   Angi  Màté  semble s'inscrire en cela dans cette veine très contemporaine de la littérature d'Europe centrale et orientale qui interroge la place de l'enfant dans les régimes autoritaires, voire totalitaires. Je pense par exemple en BD à « Marzi » de Olivier Jouvray et Virginie Ollagnier-Jouvray. Il est vraiment intéressant de voir comment  des voix d’enfants nous aident à interroger l’Histoire et à mieux l’appréhender.

   Un petit mot sur les très belles illustrations, elles apportent un réel plus à l’ouvrage. J’aime en particuliers celle avec les Tsiganes.


   « Mamou » est une œuvre originale que je vous invite chaleureusement à découvrir.

 

Citation

 

« Mamou aimait beaucoup les cimetières et les enterrements. On guettait les enterrements à travers les trous d'une planche de la clôture. Bien sûr, on débordait à travers la jointure des planches, mais on s'en fichait quad on voyait le frissonnement du noir et des gens rangés en file. Gitans noirs, trompette noire, pattes noires de chevaux. Ils toupillaient dans le rond du trou de la planche. A chaque fois, mamou était heureuse de voir que d'autres mouraient aussi, pas seulement Ilike, qui est ma mère. »


 

 

91952462



Print
Repost

Commenter cet article