Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Vues de Budapest - Hongrie

Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Soirée littéraire : Fabien Clavel à Latitudes (Budapest)

com

 

        Hier soir, le mardi 23 novembre, comme annoncée dans ce post, Fabien Clavel nous a fait le plaisir de présenter son œuvre à la librairie francophone de Budapest, Latitudes. J'ai dénombré une cinquantaine de personnes pour écouter tout d'abord la présentation d'Olivier Chiquer sur la littérature de l'imaginaire puis l'intervention de l'auteur.

 

        Mais d'abord quelques mots sur ce dernier pour ceux qui n'ont pas la chance de la connaître. Et pour cela je me permets de reprendre la biographie présente sur le site d'un de ces éditeurs, les éditions Mnémos:

 

IMGP0082.JPG

 

      Fabien Clavel est né en 1978 à Paris. Il suit des études de Lettres Classiques. En découvrant le jeu de rôle vers vingt ans, il y voit l’occasion de se lancer dans l’écriture en proposant un cycle romanesque mettant en scène des immortels baptisés Nephilim, issus d’un jeu de rôle homonyme : sa collaboration avec les éditions Mnémos débute en effet par la série Nephilim, polars fantastiques narrant le destin d'une poignée de créatures magiques millénaires. Il est actuellement professeur de français et latin au lycée français de Budapest.

Curieux de pratiquer différents genres, il s'essaie ensuite à la fantasy parodique (Les Légions dangereuses), à la fantasy de cape et d'épée (L'Antilégende) et au péplum uchronique (La Cité de Satan). Plus récemment, il se penche sur le thriller vampirique avec Homo Vampiris. Parallèlement, il commence à publier des romans jeunesse, notamment aux éditions Mango dans les collections Royaumes Perdus et Autres Mondes, pour lesquels il a remporté plusieurs prix.



      Fabien Clavel a donc présenté ces livres en prenant comme point de vue leurs liens avec la Hongrie. Ainsi il a commencé par parler du second tome de sa série sur l'excellent jeu de rôle Nephilim qui s'intitule « Anonymus » (2002). Cet « Anonymus » est un personnage bien connu des Hongrois et de ceux qui connaissent Budapest car il est le chroniqueur du roi Béla IV.

 

      Fabien Clavel confesse lui-même que « La conversation de Bolzano » de Sándor Márai fut une source d'inspiration de « Antilégende » (2005) une réécriture de Don Juan où l'on croise même le poète hongrois Ballassi Bálint.

 

      Son troisième ouvrage en lien avec la Hongrie, « La cité de Satan » (2006) est uchronie dans laquelle l'Empereur Julien restaure la paganisme. Le début du roman se passe dans Aquicum, qui est aujourd'hui Óbuda.

 

      Dans « Homo Vampiris » (2010), l'auteur nous propose sa version du mythe vampirique et bien évidemment, vivant et connaissant bien la Hongrie, il n'a pas résisté à la tentation de faire intervenir la terrible comtesse Báthory.

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTeqYkrFT8wQYlSvCS3y1_SxIlyZc9QPaYpkbzN0FLoGpQiCCB0

 

       Toutefois aucun des ouvrages précédemment cité n'est aussi hongrois que « Le châtiment des flèches » (2010) qu'il vient de sortir en septembre. Le concept est de comblé l'histoire du roi Saint-Étienne par la fantasy, par la magie chamanique. Juste 2 mots d'Histoire pour fixer le personnage. Saint-Étienne (István en hongrois) est le premier roi de Hongrie. Il est sacré le jour de noël de l'an 1000 avec le titre de roi « apostolique ». Mais cela ne se fait pas sans mal et il s'oppose à l'aristocratie païenne mené par leur chef Koppany (ceci dit, probablement plus une question de pouvoir qu'une question théologique...).

Pour écrire ce livre de plus de 300 pages, Fabien Clavel a effectué un travail documentaire de plus d'un an, a visiter la Transylvanie où se passe en grande partie l'histoire et a travaillé sur son texte pendant 7 mois.

L'auteur nous a proposé quelques clefs de lecture. Ainsi il apparente son travail par certains aspects à un western : la réécriture mythologique de l'origine de la nation (comme les westerns le sont pour les États-Unis), l'opposition entre colonisateur chrétien en chariot et semi-nomade à chevaux, avec arcs et chamans.

 

       Pour finir la soirée et pendant que Fabien Clavel – au fait rien à voir avec Bernard Clavel – dédicacé à tour de bras, un pot de l'amitié était généreuse offerte et servait de conclusion à cette soirée littéraire.

Pour conclure par un bémol, au milieu de ce texte élogieux, je très déçu de n'avoir pas pu me procurer un exemplaire du « Châtiment des flèches » tout le stock ayant été vendu avant que je réagisse!! Mais je peux vous assurer que ce n'est que partie remise!

Print
Repost

Commenter cet article