Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Vues de Budapest - Hongrie

Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Rippl-Rónai József

com

100 bonnes raisons d'aimer la Hongrie (et quelques petites choses agaçantes....) - 1er épisode 

Voici aujourd'hui la première étape d'un projet intimement lié à la création de ce blog. Il s'agit de faire découvrir et/ou de partager avec vous 100 bonnes raisons d'aimer la Hongrie mais également des petites (ou importances) choses qui m'agacent ici.

En effet l'amour ne doit pas rendre aveugle et éteindre tout sens critiques. Si j'aime quelqu'un, quelque chose ou un endroit je me dois, et sans doute plus que n'importe qui, l'amour étant une responsabilité lourde, de devoir le critiquer. Voilà à mes yeux la différences fondamentales entre « aimer » et « adorer ». L'adoration enlève la capacité de voir les faiblesses ou les défauts. L'amour permets de les comprendre, de passer outre, de les rendre moins gênants voir même de les apprécier comme ils sont : une part essentielle (au sens plein du terme essence).

Toutefois aujourd'hui, je vais parler d'un peintre hongrois que j'apprécie beaucoup. Il s'agit de Rippl-Rónai József (et oui en Hongrie le nom de famille précède le prénom, c'est bon à savoir).

En fait je connaissais une de ses peintures avant même d'avoir une idée de son nom ou même de sa nationalité. C'était lors d'une visite au musée d'Orsay, il y a déjà quelques années. Au milieu de ce temple de la peinture que je m'étais arrêté un instant sur cette peinture :

 

Un parc la nuit

(le lien vous mènera à la notice sur le site du musée d'Orsay)

rippl-ronai un parc la nuit

Mais c'est en arrivant en Hongrie, et plus précisément à Kaposvár, que j'ai vraiment découvert Rippl-Rónai. Il est en effet né et mort dans cette ville (1861 et 1927). Il n'est pas le peintre le plus connu et reconnu en Hongrie mais c'est à mes yeux l'un des plus marquants (mais j'avoue ne pas être un spécialiste de la peinture hongroise).

Fils d'une famille de petite bourgeoisie provinciale va se former trois ans à Munich, puis travaille pour le peintre à succès Munkácsy Mihály à Paris. Il y finit sa formation, rencontre une française qu'il épouse (pour la petite histoire) et expose pour la première fois en solo en 1892 à l'ambassade parisienne d'Autriche-Hongrie. Mais Paris est aussi le lieu de sa rencontre avec des grands noms de la peinture tels que Cézanne, Toulouse-Lautrec et Gauguin. Il deviendra le « nabi hongrois » avant de rentrer au pays célèbre.

Ce qui fait que j'ai de l'affection pour lui, c'est sa capacité à ne pas s'enfermer dans une théorie artistique. J'ai un faible pour sa période noire qui ne se terminera pas immédiatement après sa rencontre avec les nabis. Il laisse après éclaté les couleurs avant de mettre au point une technique propre qui appellera « grain de maïs » et qui peut se définir comme du « gros pointillisme » (désolé auprès des experts és peinture...)

A Kaposvár, il est possible de visiter sa maison natale ainsi que son atelier. On peut y découvrir de nombreuses œuvres, mais également qu'il travaillait à partir de photographie (au moins à une période de sa vie).

Pour finir et pour le plaisir des yeux quelques œuvres : 

Femme avec un oiseau

beaucoup de choses dans cette peinture, de la nostalgie, de la solitude, de la tristesse.... 

femme-avec-un-oiseau.jpg

 


Femme en blouse rouge

pastel 

femme en blouse rouge

Père et oncle Piacsek buvant du vin rouge

J'aime beaucoup le rendu de l'effet de l'alcool. 

Pere-et-oncle-Piacsek-buvant-du-vin-rouge.jpg

 

Lazarine et Annella dans le parc

Un exemple du style "grain de maïs" 

Lazarine-and-Anella-in-the-Park-1910.jpg

 

Femme en noir

probablement mon oeuvre préféré de RR. 

femme-en-noir.gif

 

Print
Repost

Commenter cet article