Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Vues de Budapest - Hongrie

Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Promenade au bord du Danube - Le Pouvoir des Psylles de Fabien Clavel

com

 

miroirauxvampires-fabien-clavel.jpg

Pour penser à autre chose, je sors avec Nóra. On se balade la nuit dans Budapest. La ville est constituée de deux parties : Buda à l’ouest, avec ses collines, et Pest à l’est, où commence la Grande Plaine. On est du côté Pest.

Il y a deux grands boulevards qui forment des demi-cercles concentriques à partir du Danube. On est sur le plus court.

L’éclairage est magnifique quand vient le soir. Des lumières orangées, pleines, douces. Tout semble plus accueillant. On en oublie le froid qui monte du Danube. Le fleuve forme une tranchée dans la ville où s’engouffrent les bourrasques.

J’ai redressé le col de mon manteau. Nóra s’est pendue à mon bras et on a marché, comme ça, au hasard.

Sentir sa petite main sur moi me rassurait. On était bien. On ne parlait pas. Et pourtant, j’avais quelque chose sur le cœur, sur le bout de la langue, sans parvenir à définir quoi. J’aurais dû être parfaitement heureuse mais un poids me retenait.

On est passées sur le pont de l’île Marguerite, l’un des poumons verts de la capitale. Au milieu, il y a un triple embranchement, deux bras partent vers les boulevards respectifs de Pest et Buda. Un dernier mène à l’île.

Quand on lui tourne le dos, on a une vue magnifique sur la ville. Le Danube se courbe légèrement. Sur la rive gauche, on aperçoit le Parlement qui semble donner directement dans l’eau. Il a un petit air d’église gothique avec son dôme et ses tours pointues.

En face, il y a les collines avec Budavár qui est beaucoup moins beau mais qui possède également un dôme. Plus loin, on aperçoit la citadelle avec la statue d’une femme tenant une palme à bout de bras au-dessus de sa tête.

Je ne sais pas pourquoi, mais ce paysage nocturne m’a remplie d’une lourde mélancolie. J’ai eu envie de rentrer mais Nóra avait l’air contente. Alors on est restées.

 

Le Pouvoir des Psylles, Fabien Clavel (2012)

Print
Repost

Commenter cet article