Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Vues de Budapest - Hongrie

Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

"Mémoires de Hongrie" de Márai Sándor

com

Titre: Mémoire de Hongrie (Föld, föld!...)

Auteur: Márai Sándor

Traducteurs :Georges Kassai et Zéno Bianu

Année de parution :1972

Éditeur: Albin Michel

 

memoires-de-hongrie.jpg

 

          Sándor Márai est né le 11 avril 1900 à Kassa, en Hongrie (aujourd'hui Košice, en Slovaquie). Il est le rejeton d'une famille bourgeoise et se tourne très tôt vers l'écriture, toutes les formes d'écritures. Il fera œuvre de journalisme, publiera des poèmes (qu'il juge lui-même comme peu réussis), des pièces de théâtre, des romans et des nouvelles. Il sera également un traducteur prolifique ainsi que l'un des premiers à découvrir Kafka. Il connaît un important succès en Hongrie dans les années 30 mais de part son opposition aux deux totalitarismes que connaîtra son pays (antifasciste dans une Hongrie allié à l 'Allemagne nazie, auteur bourgeois et donc ennemi de classe dans la République Populaire de Hongrie). Son œuvre sera interdite pendant toute la période « socialiste » et explique le fait qu'il soit relativement méconnu par les hongrois (il n'a jamais été nommé lorsque à plusieurs reprise j'ai demandé à mes élèves les noms d'écrivains hongrois, jouant ainsi, je dois l'avouer, un peu à l'innocent). Il est à mes yeux loin d'avoir une reconnaissance dans son propre pays digne de son talent, malgré le fait qu'il est reçu en 1990, le Prix Kossuth, qui est la plus haute distinction hongroise. Avec une ironie macabre, Sándor Márai va mourir avant le « changement de régime » comme on dit ici, le 22 février 1989. Il est probable que cette nouvelle « libération » aurait été pour lui une source d'inspiration et son regard et sa plume ont probablement manqué à son pays dans cette transition...

       Sándor Márai est un des écrivains hongrois le plus traduit en français et par là-même un des plus connus. Il est redécouvert en France dans les années 1990 par Albin Michel et connaît un grand succès. Vous n'aurez donc normalement aucun mal à trouver ses œuvres en France (éviter quand même la FNAC ou Virgin...).

        Pour en revenir à ses « Mémoires de Hongrie », on pourrait les résumer en disant qu'il s'agit du contact entre un survivant de la vielle et brillante culture de la Mitteleuropa qui disparaît avec l'éclatement de l'empire Austro-Hongrois, puis par avec les barbarismes nazis et stalinien, et de l' « homo soviticus » . Ces mémoires nous permettent de suivre l'arrivée de l'Armé Rouge et l'installation progressive de la dictature stalinienne en Hongrie jusqu'en 1948, année où Márai s'exile. L'auteur nous expose avec talents et un regards très perspicace les contacts entre soviétiques, « des barbares asiatiques » pour lui et la population hongrois, ainsi que la célèbre « technique du salami » qui mène les communistes au pouvoir. De plus tout le long du roman, il évoque le thème, ô combien vital pour un homme de lettres, du rôle de l'écrivain.

    Grâce à ce livre, je pense maintenant mieux comprendre les hongrois de manières générales, et leurs relations au communisme et aux russes. C'est à mes yeux clairement la fin d'un certain monde lorsque Márai part en exil....Stephen Zweig a choisi le suicide, partageant celui de l'Europe.

    Pour finir, et espérant vous avoir donné envie de découvrir ce livre et cet auteur, voilà 2 extraits :

« Il nous arrive souvent de pressentir, de flairer, en quelque manière, un événement ou un message susceptibles de bouleverser notre vie. « C »est dans l'air », se dit-on alors. C'est ainsi que ce soir-là, sans être pourtant sûrs de rien, nous nous attendions tous à un changement aussi décisif qu'imminent » p.1

« Je [Márai] lui demandai alors ce qu'il y avait, à son avis, de si « magnifique » dans la profession d'écrivain.

Pensif, il me répondit lentement, en détachant chaque syllabe:

- Si tu es écrivain, tu peux exprimer ce que nous pensons [dit le soviétique] » p.53

Print
Repost

Commenter cet article

A_girl_from_earth 17/01/2010 16:01


Effectivement, à lire, ne serait-ce parce qu'il s'agit d'un témoignage instructif d'une époque. J'espère pouvoir m'y plonger prochainement! Merci de votre visite par chez moi et au plaisir des
échanges!