Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Vues de Budapest - Hongrie

Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

"Le voyageur et le clair de lune" - Szerb Antal

com

       Szerb Antal? Cela vous dit quelque chose? A moi non plus avant que ma moitié me mette dans les mains « Le voyageur et le clair de lune » ou dans sa langue « Utas és holdvilág ». Ma foi, me dis-je, j'ai rarement été déçu par un livre qu'elle m'a conseillé et puis je suis toujours curieux de découvrir la littérature hongroise.

Alors quelques recherches sur ce monsieur Szerb....1901 – 1945, famille bourgeoise d'origine juive mais convertie, mort à la guerre, un grand historien de la littérature en plus d'être écrivain, représentant de cette génération post-Trianon....intéressant. Allez sus au livre!

le-voyageur-et-le-clair-de-lune-Szerb-Antal.jpg

       Après quelques heure agréable de lecture, je tiens à remercier d'ailleurs la poche de mon manteau d'hiver pour avoir la taille parfaite permettant d'y glisser un livre au format poche (et plus), je me satisfais d'avoir ouvert ce livre. Nous trouvons donc ici un roman au thème très classique de la difficulté de sortir de l'enfance. Comment affronter les responsabilités du monde adulte? Comment se guérir ou passer outre de la nostalgie de la période enfantine?

On retrouve donc ici des éléments aborder par de nombreux écrivains, avant et après lui. Je citerai seulement deux qui me viennent à l'esprit sur ce thème du roman initiatique : Salinger et Proust.

        Szerb Antal nous invite donc à suivre Mihály et sa femme Erzsi en voyage de noces en Italie dans les années 1930. Mais nous sommes prévenus par l'auteur dès la premier phrase, point de bluette amoureuse ici : « Dans le train, tout allait encore bien. Cela se gâta à Venise, avec les ruelles ». Et voilà Mihály en pleine crise d'adolescence diront nous aujourd'hui.

Je ne tiens pas trop à déflorer le sujet mais je vous propose quelques « clefs » pour aborder le sujet : les ruelles, le lien physique avec les villes– que je comprends et ressens que trop bien – et leurs histoires et pour moi, la volonté, la comédie, sont les thèmes centraux dans ce roman.

Je conseille donc ce roman aux âmes romantiques, aux amoureux des vielles pierres, à ceux de l'Italie et tout simplement aux curieux car nous avons là un roman de qualité.

Je vous propose de d'écouter cette magnifique chanson des Pink Floyd en lisant ce roman, question d'ambiance...

 

Ce titre est extrait de l'album : Atom Heart Mother

Année de sortie : 1970  |  Label : EMI

Paroles If

If I were a swan I'd be gone
If I were a train I'd be late
And if I were a good man
I'd talk with you more often than I do

If I were asleep I could dream
If were afraid I could hide
If I go insane
Please don't put your wines in my brain

If I were the moon I'de be cool
If I were a rule I would bend
If I were a good man
I'de understand the spaces between friends

If I were alone I would cry
And if I were with you I'de be home and dry
And if I go insane
Will you still let me join in with game

If I were a swan I'de be gone
If I were a train I'de be late again
And if I were a good man
I'd talk with you more often than I do


Print
Repost

Commenter cet article