Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Vues de Budapest - Hongrie

Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Amélie Nothomb : « Antéchrista » (2003) et « Cosmétique de l'ennemi » (2001)

com

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSuIXAv59_PajNjKIPBsoLfiLcEl33hn6dCqXhfJm8Vkhl281O0cA

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQz8MSIZmznTsOK7YdfsCNJWOK9xUv2ckibI9EY4R4ZcGkcA28QRw

 

 

     Ma professeur de hongrois m'a sympathiquement prêté deux livres de la célèbre Amélie Nothomb que je ne connaissais pas (mis à part « Hygiène de l'assassin »). Étant pris d'un intérêt intéressé (je dois bientôt me rendre à Bruxelles) pour la littérature belge, j'ai donc profité de l'occasion. Quelques courtes heures plus tard, je referme les 2 courts romans...

 

« Cosmétique de l'ennemi »

 

     « Sans le vouloir, j’avais commis le crime parfait : personne ne m’avait vu venir, à part la victime. La preuve, c’est que je suis toujours en liberté »

 

     Quel est l'intérêt de ce livre? Que Nothomb veuille développer un style clair, sans fioriture pourquoi pas, mais j'ai eu presque l'impression de lire un document administratif...ok, j'exagère un poil. De plus, l'histoire est convenu et le « coup de théâtre » final si prévisible que j'ai eu la sensation de perdre mon temps et cela sans parler de la tentative de provocation qui tombe, pour moi, complétement à l'eau.

     Toutefois, je ne mets pas totalement de côté le fait que je sois passé à côté de quelque chose de génial...si c'est la cas je compte sur vos commentaires pour y remédier.

 

« Antéchrista »

 

    « J'avais seize ans. Je ne possédais rien, ni biens matériels, ni confort spirituel. Je n'avais pas d'ami, pas d'amour, je n'avais rien vécu. Je n'avais pas d'idée, je n'étais pas sûre d'avoir une âme. Mon corps, c'était tout ce que j'avais. »

 

    Bon, ce deuxième est livre me semble plus intéressant. Il aborde avec dureté, un peu de voyeurisme et de plaisir sado-maso, le thème de l'adolescence. Les portraits des deux filles et des parents de Blanche sont assez bien ficelés et l'auteur amène agréablement l'histoire qui est malheureusement - une fois de plus - assez prévisible ou manquant d'originalité.

   Le livre se lit en deux heures est c'est une bonne chose. S'il avait nécessiter plus, il me serait probablement resté en travers de la gorge comme « Cosmétique de l'ennemi ».

 

 

Cosmétique de l'ennemi, roman, Albin Michel, 2001 (ISBN 2-226-12657-0)

Antéchrista, roman, Albin Michel, 2003 (ISBN 2-253-11339-5)

Print
Repost

Commenter cet article

Luna 10/06/2011 11:47


J'aime beaucoup Amélie Nothomb et jusqu'à présent je n'avais jamais découvert son livre "Cosmétique de l'ennemi", enfin jusqu'à il y a trois semaines : une sacrée découverte !

Je me suis vraiment demandée ou est-ce qu'elle cherchait à nous emmener... C'était totalement tordu et improbable : comment se fait-il que les gens autour ne remarquent rien ?

La chute est totalement incroyable : jamais je n'aurais pensé à ça, même si deux trois indices nous mettaient sur la bonne voix... J'aime beaucoup cette folie douce qu'on retrouve dans la plupart
de ces textes : avec elle, on peut se permettre de tout imaginer, j'adore ça !

Si ça t'intéresse, je viens de publier mon avis sur ce livre sur mon blog...

Joli article, je reviendrais ;)

Bonne continuation !!


Michaël Lefebvre 11/06/2011 00:52



J'ai peut être l'esprit trop tordu pour ne pas avoir été surpris - et je dirai presque autre chose si ma modestie ne prennait pas le dessus - de la chute.


 


Que me conseillez vous d'Amélie Nothomb? Je suis prêt à refaire un essai.



Catherine 25/01/2011 08:17


Je ne suis pas une fan absolue d'Amélie Nothomb, en général ses romans se lisent en deux heures, trois maximum pour les plus épais, certains sont plus intéressants que d'autres, mais souvent
aussitôt lus aussitôt oubliés... Je me rends compte que je n'en ai jamais présentés sur mon blog ! En même temps, je ne saute pas sur le dernier paru à la rentrée, et il y en a que je n'ai pas lu.
J'ai bien aimé Stupeur et tremblement (malgré les clichés sur le Japon) et Métaphysique des tubes.


Michaël Lefebvre 25/01/2011 18:44



C'est mon 4ème de Nothomb est je pense qu'après Stupeurs je vais m'arrêter là. Les 2 qui surnagent à mon goût sont Métaphysique des tubes et Hygiène de l'assassin. Mais il y a tellement mieux à
lire!


En ce moment je découvre le grand classique belge de Charles de Coster "La légende d'Ulenspiegel" et je me fais bien plaisir