Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Vues de Budapest - Hongrie

Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

De l'art de boire en Hongrie #1

com

L'idée de mélanger la pálinka à quoi que ce soit vous est saugrenue.
Vodka-citron, tequila-sunrise, rhum-coca ... la plupart des alcools blancs peuvent être mélangés avec quelque chose d'autre, mais il n'y a littéralement aucun moyen que vous puissiez ajouter à la pálinka quelque chose et créer une boisson buvable. Toute personne qui a bu et apprécie cette eau de vie de fruits sait que la pálinka se boit pure !

Vous avez déjà bu de la pálinka au petit déjeuner
Si vous avez vraiment appris à boire en Hongrie, il y eu des moments dans votre vie où vous avez eu un droit à de la pálinka avant midi, peut-être même avant 9 heures. En Hongrie, il y a même un dicton pour cela: "! Pálinkás Jó Reggelt" qui est un peu difficile à traduire, mais signifie à peu près "se réveiller avec pálinka!". Évidemment, cette noble coutume campagnarde a tendance a disparaître.

Vous avez déjà bu du « sang de taureau »
Ce n'est pas une tradition hongroise médiévale, mais un délicieux (si on met le prix) vin rouge de la région d'Eger, Egri Bikavér en hongrois. On en trouve du très bon marché (et très mauvais) mais aussi de l'excellent ( Egri Bikavér Superior) mais très cher....la vie est mal faite...

Vous pouvez laisser le Jägermeister aux Allemands...
.... parce qu'en Hongrie il y a l'Unicum! Il est livré dans une bouteille ronde facilement reconnaissables et la liqueur aux herbes sombre est basée sur une recette familiale secrète, distillée à partir de plus de 40 herbes et épices différentes. Il est considéré comme une des boisson nationale en Hongrie et remonte à 1790, ce qui en fait 225 cette année! Joyeux anniversaire Unicum!

De l'art de boire en Hongrie #1
De l'art de boire en Hongrie #1 De l'art de boire en Hongrie #1
De l'art de boire en Hongrie #1
Print
Repost

Commenter cet article