Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Vues de Budapest - Hongrie

Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

L'opéra fait sa rentrée avec un gala d'exception - par Grégory Sabadel

com
L'opéra fait sa rentrée avec un gala d'exception - par Grégory Sabadel

L'opéra national de Budapest a fait sa rentrée le samedi 6 septembre. L'opéra "Il campanello di notte"de Donizetti puis "The Telephone" de Menotti étaient proposés l'après-midi dans une mise en en scène moderne et originale. Le lieu de représentation en était la rue, devant la terrasse du sphinx.

Le soir, c'est le gala qui était prévu, toujours dehors ; mais la pluie s'en est mêlée. Alors, la direction de l'opéra a pris la décision de faire entrer la foule, en sachant que seules 1300 personnes environ pourraient avoir une place. Les malchanceux qui n'y sont pas parvenus ont eu droit en compensation à un CD du gala de l'année dernière et à un magazine.

Le thème du concert : la liberté

Une soirée fabuleuse attendait les plus chanceux. Le thème en était la liberté, pour le vingt-cinquième anniversaire de l'ouverture des frontières, d'où la présence au programme du seul opéra de Beethoven, "Fidelio", ou de nombreuses oeuvres de Verdi.

Le premier morceau était de Kodaly : "danses de Galanta". Puis, Anja Kampe a chanté l'air de Leonore, tiré de "Fidelio", suivie par le choeur de l'opéra national .

Beczala et Furlanetto ravissent Budapest

Ensuite un ténor de renommée mondiale, le Polonais Piotr Beczala a chanté l'air de Ricardo, tiré de "Rigoletto". Puis, l'Italien Ferruccio Furlanetto, autre célébrité, l'air de Gremin ("Onegin"). Tous deux se sont par la suite aussi produits à tour de rôle en duo avec Mihaly Kalmandi, et ont chanté "Don Carlo".

Wagner et son opéra "Tristan et Iseult" étaient aussi au programme : une danse de couple en a magnifiquement illustré l'ouverture et le final a aussi été choisi pour ce gala.

Autre moment impressionnant : l'intreprétation de "Nabucco" par le choeur de l'opéra national.

Andrea Rost chante l'air de Melinda

Enfin, celle que l'on ne présente plus, Andrea Rost a interprété l'air de Melinda ("Bank Ban"), et a aussi eu l'honneur de clore le concert avec une opérette de Lehar, "Die lustige Witwe".

D'autres représentations sont prévues sur l'avenue Andrassy les deux prochains week-ends.

Le samedi 13 septembre , il y aura la première de "Cavalliera rusticana" et "Pagliacci" et le spectacle sera retransmis sur un écran géant pour que tout le monde puisse en profiter.

L'opéra fait sa rentrée avec un gala d'exception - par Grégory Sabadel
L'opéra fait sa rentrée avec un gala d'exception - par Grégory Sabadel
Print
Repost

Commenter cet article