Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Vues de Budapest - Hongrie

Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Action en faveur des réfugiés et des migrants résidant en Hongrie - par Cristina Ciobanu

com

L’organisation non-gouvernementale, MigSzol (Solidarité pour les Migrants) a organise une manifestation le samedi 17 mai 2014 à Debrecen en Hongrie. La manifestation était contre la détention des immigrants et des demandeurs d’asile ; et elle a exigé la fermeture des centres de détention inhumaine.

Ce mois-ci, le Comité Hongrois Helsinki a publié un article a propos des conditions terribles dans les camps de réfugies et dans les camps de détention en Hongrie. Le camp de réfugies est localisé sur le même territoire que la prison ou les autres immigrants sont mis, en général, sans raison.

Les immigrants sont très mal traités, le rapport du Comité Helsinki indique que les demandeurs d’asile sont souvent battus par les gardes, qui normalement doivent les protéger. Ceci a été confirmé, samedi, par plusieurs réfugies qui ont passé du temps dans la prison. Ils nous ont accompagné pendant la manifestation et nous ont raconté leurs histoires. Les détenus nous ont salué depuis leurs chambres sombres et renfermés.

Les conditions des camps de Debrecen sont horribles. Un réfugié, qui a été enfermé six mois m’a dit comment il était souvent battu par ses « méchants amis ». Il m'a aussi dit que la violence c’est une chose normale et « d’amusement », ils sont frappés pour rien.

Un groupe de réfugiés syriens m’a également parlé des conditions de vie. Ils ont dit que la cuisine est toujours vide, ils reçoivent que le petit déjeuner à 7 heures du matin puis a midi et n’ont rien pour le soir. Ils reçoivent 6 600 forint par semaine (22€), ce qui est moins de 1 000 (3,3€) par jour.

Finalement, MigSzol a dansé, chanté et mangé avec ceux qui habitent dans les camps libres. Des livres ont été a leur disposition aussi.

Personnellement, ça m'a fait trop mal quand un réfugié a regarde un chien et m’a dit « ce chien habite dans des meilleures conditions que nous et il est plus content ».

Bien sur que nous ne pouvons pas oublier les partis politiques dans toute cette histoire. Le parti raciste hongrois, Jobbik a été là-bas pour attendre l’arrivée de MigSzol. Ils sont contre les réfugiés, les immigrants et le fait que des étrangers vivent en Hongrie. Ils pensent que les réfugiés et les autres types de demandeurs d’asile en Hongrie sont des criminels qui ne doivent pas habiter sur leur territoire. Ils exigent la fermeture des camps de réfugiés et du camp de détention à Debrecen mais aussi dans toute la Hongrie.

La police a demande leur départ du coup ils étaient obligé à partir. Les représentants du Jobbik ont essayé d’entrer dans un dialogue avec les activistes du MigSzol mais sans succès.

Action en faveur des réfugiés et des migrants résidant en Hongrie - par Cristina Ciobanu
Action en faveur des réfugiés et des migrants résidant en Hongrie - par Cristina Ciobanu
Action en faveur des réfugiés et des migrants résidant en Hongrie - par Cristina Ciobanu
Action en faveur des réfugiés et des migrants résidant en Hongrie - par Cristina Ciobanu
Print
Repost

Commenter cet article